Eglise de Baigorri

> 20H30

Offrandes musicales - Elèves d’Orgue du conservatoire de Paris. Direction artistique Thomas Ospital

Avec Emmanuel Arakélian, Karol Mossakowski, Thomas Kientz

Programme :

Georg Muffat (1653-1704)
Toccata sexta (E.A.)                                               

Johann Caspar Ferdinand Fischer (1656-1746) 
Chaconne (E.A.)
   
Johann Sebastian Bach (1685-1750) 
Sonate en trio en Sol Majeur BWV 530 (K.M.)
    Allegro Vivace
    Largo
    Allegro       

    Choral : Schmücke dich, o liebe Seele BWV 654 (T.K.)                               
    Fantaisie et fugue en ut mineur BWV 537 (T.K.)       

 

Emmanuel Arakélian

Né en 1991 à Avignon, Emmanuel Arakélian débute l’apprentissage de la musique à 12 ans, ses premiers professeurs seront successivement Jean-Pierre Lecaudey et Henri Pourtau.
Il poursuit ses études au conservatoire national de région de Toulon auprès de Pascal Marsault pour l’Orgue et Claire Bodin pour le Clavecin et la basse continue. Etudes qui seront récompensées en 2012 par un diplôme de fin d’études musicales mention «très bien à l’unanimité du jury».

Etudiant au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris depuis 2012, il suit un double cursus, à la fois dans la classe d’Orgue d’Olivier Latry et de Michel Bouvard ainsi que dans la classe de Clavecin et de Basse-Continue d’Olivier Baumont et de Blandine Rannou.

Sa passion pour la musique ancienne et son intérêt pour la facture instrumentale l’amène à côtoyer les plus beaux instruments historiques, aussi bien à l’Orgue qu’au Clavecin et à poursuivre des recherches dans les domaines de l’ornementation et de la rhétorique musicale. Il s’est également perfectionné au Clavecin auprès de Françoise Marmin et Françoise Lengellé.

Mais il joue également, avec la même passion, la musique de son temps, on peut citer des compositeurs comme Vincent Paulet, Bernard Foccroulle, Thierry Escaich, Valery Aubertin ou encore Grégoire Rolland. Depuis plusieurs mois, il mène un intense travail sur l’oeuvre de Jehan Alain (1911-1940).

Lauréat de la Fondation de France, le fond de Tarazzi ainsi que la Fondation Meyer, en Novembre 2015, il remporte le deuxième prix au concours international d’orgue consacré à Johann Sebastian Bach de Lausanne.

Il est régulièrement invité à se produire en récital à l’orgue ou au clavecin dans le cadre de festivals renommés en France mais aussi en Europe comme «Jeunes Talents» à Paris, l’association «François-Henri Clicquot» de Poitiers, la Fondation Royaumont, «Tribune d’orgue» de Dieppe, le Festival de Roquevaire, le Festival des Grandes-Orgues de Chartres, le Festival ADROA de Rodez ou bien plus récemment, à quatre mains avec John Walthausen dans le cadre du festival «Jeux d’Orgue» de Nice ou encore en compagnie du flûtiste Kakeru Chiku à la saison d’orgue de la Ferte sous Jouarre.

Parallèlement à cela, il est titulaire du Grand-Orgue Pascal Quoirin/Jean-Louis Loriaut de la Cathédrale Saint-Léonce de Fréjus, son engagement associatif lui permet d’assurer conjointement la direction artistique de la saison musicale qui y est rattachée.

Karol Mossakowski

Né en Pologne en 1990 dans une famille de musiciens, Karol Mossakowski débute la pratique de la musique à l’âge de trois ans par l’apprentissage du piano et de l’orgue avec son père. Il intègre ensuite le lycée puis l’Académie de Musique de Poznań, où il a comme professeurs Elżbieta Karolak et Jarosław Tarnawski. Il est admis en 2011 au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où il reçoit l’enseignement de Michel Bouvard et Olivier Latry. Depuis 2013, il étudie l’improvisation dans la classe de Thierry Escaich, Philippe Lefebvre et László Fassang ainsi que l’harmonie auprès de Fabien Waksman.

Il remporte plusieurs concours nationaux en Pologne, ainsi que le Concours International Feliks Nowowiejski à Poznań en 2010. En mai 2013, il gagne le 1er Prix du prestigieux Concours International du Printemps de Prague, qui lui ouvre les portes de nombreux festivals et ensembles musicaux notamment en République Tchèque, Slovaquie, Angleterre, Allemagne et Pologne. En 2015, il remporte le Grand Prix du Concours International Jean-Louis Florentz à Angers. La même année, il gagne le Grand Prix d'improvisation et le Second Prix d'interprétation du Concours International André Marchal à Biarritz.

Il enregistre en avril 2014 des œuvres de Wolfgang Amadeus Mozart et Charles-Marie Widor pour la Radio Nationale Tchèque. En 2012, le Gouvernement Français lui attribue une bourse de mérite, et deux ans plus tard, il devient boursier du Fonds de Tarrazi, et des Fondations Meyer et Brieux-Ustaritz.

Durant la saison 2014-2015, il a l’honneur d’être nommé « Young Artist in Residence » à la Cathédrale St Louis de la Nouvelle Orléans (USA), où il est organiste durant six mois. Cette expérience lui permet de jouer de nombreux récitals et concerts, notamment avec le prestigieux Orchestre Philharmonique de Louisiane. Il y exerce, en outre, ses qualités de professeur en donnant des cours d’interprétation et d’improvisation, ainsi que des master classes pour l’American Guild of Organists.

Thomas Kientz

Né en 1991, Thomas Kientz commence ses études au Conservatoire de Strasbourg. Après avoir obtenu les diplômes d’études musicales et de perfectionnement dans les classes de piano de Michel Benhaïem et d'orgue de Daniel Maurer, il se perfectionne à Paris auprès de Vincent Warnier pour l’orgue, et de Nicolas Mallarte au conservatoire de Boulogne Billancourt pour le piano. En parallèle, il étudie l’improvisation avec Pierre Pincemaille au Conservatoire de Saint Maur-des-Fossés où il obtient le Diplôme d’Etudes Musicales.

Entré au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en 2011, il obtient le Diplôme National Supérieur Professionnel de Musicien ainsi qu’un premier Prix de contrepoint en 2014.

Son désir d’approfondir les différentes époques du répertoire l’amène à compléter sa formation auprès de Louis Robilliard et d’Eric Lebrun pour la musique symphonique, de Francis Jacob pour la musique baroque allemande, de Lorenzo Ghielmi et d’Andrea Marcon pour la musique italienne du 17ème siècle, ainsi que du compositeur Benoît Mernier pour la musique contemporaine.

Thomas Kientz termine actuellement trois Master : le premier en interprétation dans la classe d’orgue d’Olivier Latry et de Michel Bouvard, le deuxième dans la classe d’improvisation de Thierry Escaich et Laszlo Fassang, le troisième dans les classes d'écritures.

Sur le plan international, Thomas Kientz se distingue par un Premier prix au 8ème concours international d’orgue de Saint Maurice (Suisse). Par ailleurs, il remporte le prix « Pierre de Manchicourt » pour la meilleure interprétation du répertoire polyphonique ainsi que le prix « Aristide Cavaillé-Coll » pour la meilleure interprétation du répertoire symphonique au 5ème concours international d’orgue de Béthune / Saint-Omer.

Ces distinctions lui permettent d’accéder à la scène internationale pour des récitals tant comme soliste qu’accompagnateur. Il se produit en France, en Allemagne, en Suisse, en Italie, ainsi qu’aux Etats-Unis en tant que young artist in residence à la cathédrale de la Nouvelle Orléans (Louisiane) en 2013 et 2014.

Thomas Kientz est organiste titulaire à Strasbourg à l'église Saint-Guillaume et à la cathédrale.